Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de fonctionnairemalgremoi

Le blog de fonctionnairemalgremoi

Après la sortie du livre"fonctionnaire malgré moi" ce blog est maintenu pour permettre l'expression des fonctionnaires sur l'évolution du service public tel qu'ils le ressentent...


un extrait de mon livre - chapitre 1- mon ami benoît

Publié par fonctionnairemalgremoi sur 19 Avril 2013, 15:16pm

Catégories : #Présentation de l'ouvrage

 

http://www.clg-simiane.ac-aix-marseille.fr/spip/IMG/gif/capture-junior-etrangler.gif

En référence à mon ami Benoît (je vous rassure, nous faisions semblant lol)

Après avoir entre-temps travaillé un mois dans une grande surface pour étiqueter des sous-vêtements féminins que ma mère avait encore une fois trouvé, j’ai déniché par mes propres moyens cette fois-ci un nouveau travail  dans une filature située dans ma commune de résidence à Wattrelos.

Il s’agissait de la filature Saint-Liévin, qui faisait partie des fleurons de l’industrie lainière du groupe Motte. Le patron de l’enseigne de grande surface  Auchan qui a pris naissance à Roubaix, le patron des Tapis Saint Maclou, de la Banque d’affaires Scalbert.

Je suis entré dans cette entreprise grâce au père d’un de mes camarades Benoît, qui était directeur du personnel. Nous avions fait notre communion ensemble et passions nos temps de loisirs d’une grande partie de notre petite enfance dans l’atelier de son père, qui, à ses heures libres, réalisait des affiches publicitaires. Nous aimions dans cet atelier nous plonger dans le noir afin de tenter de nous trouver pour nous étrangler mais aussi, nous nous étions fabriqués un cockpit sous l’une des tables de travail pour parcourir l’univers et escaladions la montagne en rampant sur l’herbe. Des jeux d’enfants teintés d’imaginations qui auraient pu déjà orienter nos vocations.  

C’est le père de Benoît qui me réquisitionnait pour la journée nationale d’aide aux lépreux durant plusieurs années.  Je participais avec enthousiasme à ces journées de solidarité, non pas seulement pour faire plaisir au père de mon ami, mais aussi avec le sentiment d’être utile à la société. L’urne en main, je suppliais du regard la générosité des personnes au seuil de leur porte d’habitation ou des conducteurs de véhicules à la douane.

Peut-être était-ce alors ma récompense lorsqu’il accepta de m’aider à trouver ce nouvel emploi.A

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Evy 20/04/2013 16:29


Merci pour ce partage passe un bon weekend bisous evy

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents