Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de fonctionnairemalgremoi

Le blog de fonctionnairemalgremoi

Après la sortie du livre"fonctionnaire malgré moi" ce blog est maintenu pour permettre l'expression des fonctionnaires sur l'évolution du service public tel qu'ils le ressentent...


Témoignage d'un lecteur ayant un autre regard

Publié par fonctionnairemalgremoi sur 1 Juillet 2013, 09:09am

Catégories : #Avis des lecteurs

http://unafam73.wifeo.com/images/logo-autre-regard.JPG

Bonjour, je viens de terminer votre livre (que j'ai eu un mal fou à trouver) et, employé territorial depuis 25 ans (cat C) j'avoue que je n'imaginais pas la vie des gros cadres aussi pourrie ! Désormais, quand je croiserai le DGS, je penserai à vos déboires et le regarderai différemment. Vous aviez répondu à un de mes post sur un article intitulé "faut il brûler Zoé Shépard ," et votre réponse, très sensée m'a donné envie de vous lire : je ne regrette pas. Je vous souhaite une bonne continuation dans votre vie semée de combats mais que vous prenez avec philosophie et cela m'épate ! Merci encore .
Cordialement

Commentaire de l'auteur :

Heureux de constater que mon livre puisse redorer le blason de mes collègues aux yeux de leurs collaborateurs. 

Pas étonnant qu'il ait eu du mal à trouver mon livre, celui-ci étant édité à compte d'auteur, les libraires le boudent en raison de leurs liens privilégiés avec des éditeurs plus classiques et bien pénétrés dans le système de distribution. Heureusement qu'il y a internet et des sites comme Amazon, fnac, chapitre etc... pour permettre à des petits auteurs comme moi de difffuser sans cela, le monde culturel appartient aussi au monde des afffaires....

Je remercie ce lecteur de tout coeur et s'il souligne ma vie "semée de combats" elle n'est pas terminée, loin de là, d'autres épisodes se sont manifestés depuis la sortie de mon livre et que je vous délivrerai prochainement. En attendant, je continue à prendre les choses "avec philosophie" en effet, et je suis également épaté (sans fausse modestie) par moi-même car avant j'aurai réagi autrement. Peut-être l'âge de la raison? 

Il est vrai que la vie de cadres est devenue de plus en plus "pourrie" comme dit ce lecteur, et ceci je l'explique pourquoi je pense dans mon livre. Il ne s'agit pas de se plaindre mais de dénoncer la perversion des systèmes de pouvoir qui sévissent dans nos administrations, et ceci, dans l'indifférence la plus totale et pourtant la plus coûteuse, sur tous les plans. A l'heure où nous recherchons des économies, à faire du bien-être, nos administrations font la démonstration de l'inverse!  Sur l'échelle de l'exemplarité, nous avons tant de choses à faire, mais ceux qui détiennent le pouvoir n'ont aucun intérêt à ce que cela bouge.  Mitées par des enjeux qui les dépassent, une partie des cadres n'ont d'autres choix qu'abdiquer ou de se battre alors qu'ils pensaient pouvoir exercer leurs talents, leurs activités en toute sérénité, en reconnaissance de leurs valeurs professionnelles, or, il n'en est rien, enfin presque, dans une majorité d'endroits.

Il fallait rompre "l'omerta" et l'ensemble de mes lecteurs qui témoignent jusqu'alors partagent ce que j'écris, il me reste donc de l'espoir. Après lecture de mon livre, je n'ai pas encore eu de critiques négatives de leur part, c'est qu'il y a quelque chose de vrai, qu'en serait-il si ce livre était lu par une grande majorité d'entre vous? Quelle serait la tendance, l'opinion? 

Je peux dire que j'ai personnellement contacté directement un nombre important de responsables politiques sur ce sujet, mais hormis des réponses toutes faites, cela ne les intéresse pas, et pour cause, je propose de remettre en question une once de leur petit pouvoir tout en défendant une corporation (les fonctionnaires) qui font l'objet de clichés en tous genres (un contresens pour eux). Et oui, nous en sommes là, les fonctionnaires sont bel et bien à la merci d'un classe qu'on pourrait assimiler à l'ancienne bougeoisie d'avant la révolution, soignant avant tout leur image plus que leurs serviteurs. Dans ces conditions, comment peuvent-ils être entendus? Le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple dit la Constitution? Nous aurons l'occasion de parler plus en détails. 

Compte-tenu des prochains évènements, vous pourrez jugez vous-même si je suis un "grand philosophe" et un "combattant" et nous aurons l'occasion aussi de débattre sur le " m'enfoutisme" général en la matière...

 

A bientôt donc et tentons de bouger les lignes ensemble ! Grâce à vous, mes lecteurs !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

snore stop 30/05/2014 10:26

I have read the book sown fighting and I was not clear about what author trying to explain to us regarding the story of this book. I hope in next episode I will get a better idea. I am always searching for informative information like this.

Fortin 11/06/2014 13:28

Bonjour,
Le message essentiel du livre est de lancer l'alerte de différentes dérives dans les relations de travail. Je ne sais pas pour la suite, mais je crois que les évènements parlent d'eux-mêmes malheureusement en suivant l'actualité. Merci pour votre commentaire. Ci-dessous, votre traduction pour les francophones / J'ai lu le livre semé combats et je n'étais pas clair sur ce que l'auteur essaie de nous expliquer ce qui concerne l'histoire de ce livre. J'espère que dans le prochain épisode, je vais avoir une meilleure idée. Je suis toujours à la recherche d'information instructif comme ça.

Chantal 03/07/2013 16:27


Point de vue d'une Retraitée de la F.P.T.


Jean-Michel FORTIN dans son "Fonctionnaire malgré moi" a trouvé le juste ton. Entre la frivole légèreté dénonciatrice de Zoé Shépard
dans "Absolument dé-bor-dée" et la cinglante dureté vengeresse de Lily Avery dans "Goulag Land", Jean-Michel FORTIN rend compte des faits, en toute simplicité, sur le ton de la narration et non
celui de l'accusation.


Aujourd'hui je suis retraitée et heureuse de l'être. Après plus de trente sept années passées dans la "Territoriale" je peux dire que,
plus j'avançais et plus je rencontrais ce genre de situations : le maire qui vous demande bidouiller un plan de financement pour obtenir plus de subventions, celui qui a entièrement confiance en
vous mais qui ferme tout à clef (tiroirs, bureau …) dès qu'il s'absente (à cause des risques de cambriolage) et celui qui vous renvoie à vos dossiers parce que vous lui dites que, juridiquement,
il ne peut pas faire ce qu'il veut … et cela ne vaut pas seulement pour les "gros cadres", les niveaux les plus modestes (communes de 3 500 habitants ou moins) sont aussi touchées.


Ce qui est le plus regrettable aujourd'hui, ce sont les formules : "Je suis élu donc je sais" ou "Je suis ambitieux donc intelligent".
Il ne vient même pas à l'idée de ces gens que l'expérience peut-être utile, qu'elle a une valeur et peut se transmettre.


Je n'ai pas la nostalgie de l'Institeur-Maire ou du Secrétaire de Mairie Permanent, entièrement dévoués à leurs concitoyens. Non, j'ai
celle du RESPECT, du SERVICE PUBLIC et autres notions "d'ÉCOUTE" de "CONSEIL", d'ENTRAIDE au sein d'une société, d'un service, d'une équipe.


Je trouve que Jean-Michel FORTIN a fort judicieusement relaté les écueils du pouvoir et de l'argent vainqueurs de la modestie et de
l'utile, dans des structures où les "faire-valoir" sont plus important que les compétences.


Heureusement, même si cela devient de plus en plus courant (on le voit en particulier par les décharges de fonctions et les mises au
placard) il est des communes ou des intercommunalités dans lesquelles les valeurs humaines sont naturelles et même parfois surprennent par leur spontanéité tant on y croit plus.


Moi, l'utopiste, je pense que parallèlement à la mise sur la place publique du mauvais côté des choses on pourrait mettre en valeur
leur bon, voire excellent côté. Si cela pouvait permettre d'éradiquer le mal par le triomphe du bien.


Bravo à
Jean-Michel FORTIN d'avoir osé et merci à lui de nous laisser nous exprimer.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents