Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de fonctionnairemalgremoi

Le blog de fonctionnairemalgremoi

Après la sortie du livre"fonctionnaire malgré moi" ce blog est maintenu pour permettre l'expression des fonctionnaires sur l'évolution du service public tel qu'ils le ressentent...


Le préambule du livre

Publié par fonctionnairemalgremoi sur 9 Octobre 2013, 20:49pm

Catégories : #Présentation de l'ouvrage

http://www.anchecesbron.fr/images/etiket/Preambule.png

Devenus de véritables boucs émissaires dans les plans de redressement gouvernementaux pour faire face à la crise financière, objets de critiques virulentes sur leur « sécurité de l’emploi » et leur statut « privilégié », les fonctionnaires font souvent l’objet de dénigrements liés à une image de nantis et de responsables du montant de l’impôt. Pourtant, chaque foyer français a au moins un membre de sa famille parmi les cinq millions de fonctionnaires, que ce soit dans la fonction publique de l’Etat, dans la police, l’enseignement, l’armée par exemple,  dans la fonction publique hospitalière ou dans la fonction publique territoriale, c’est-à-dire dans une commune, un département ou une région ou l’un de leur établissement public.

Chaque français pourrait ainsi témoigner que ce membre familial est utile pour la société et ne vit pas avec des moyens colossaux. Cette image du fonctionnaire pourtant négative particulièrement en temps de crise est liée au fait qu’il dispose d’un statut le protégeant contre le licenciement contrairement au travailleur dans le secteur privé. Cette protection statutaire constitue en réalité un véritable piège pour le fonctionnaire qui en contrepartie doit respecter des devoirs de réserve, de discrétion et d’obéissance qui l’empêcheront de s’exprimer ouvertement sur ses conditions de travail.

Etre fonctionnaire est à la portée de tous les citoyens, conformément à la volonté du constituant, qui dès la révolution française, confirme que l’emploi public est accessible à tous, d’où l’existence des concours de la fonction publique.

Parmi les trois fonctions publiques, la « territoriale » représente trente pour cent des fonctionnaires, et à la particularité d’avoir autant d’employeurs qu’il y a de collectivités locales, c’est-à-dire près de cinquante six mille. La difficulté majeure  est qu’il y a autant de style de management qu’il y a d’employeurs, et malgré les efforts d’harmonisation entrepris par le CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale) au travers ses actions de formation, les conditions d’exercice des missions des fonctionnaires territoriaux diffèrent totalement selon la collectivité et la personnalité de son Maire ou Président élu.

C’est en effet l’élu qui recrute et qui est le chef des services et qui conditionne donc  directement ou indirectement selon la taille de la collectivité le mode d’organisation du travail dans sa collectivité. Dans tous les cas, c’est lui qui fixe l’orientation managériale de sa collectivité. Le directeur général des services, le fonctionnaire le plus haut gradé, doit lui se contenter d’être l’homme d’orchestre qui doit mettre en œuvre la partition de l’élu, quelque soit ses convictions personnelles et même si les notes sonnent fausses comme parfois…

Cette image de musicien est assez conforme au fonctionnaire territorial qui doit savoir suivre la cadence et le rythme qu’on lui impose. Il doit aussi sans cesse se perfectionner dans la maîtrise de ses connaissances théoriques et techniques s’il veut s’approcher de la virtuosité. Sans tambours, ni trompettes, il doit assumer ses tâches de façon discrète en faveur des élus qui à leur tour recueilleront les fruits des réussites qu’ils revendront à leur électorat.

Les tâches des fonctionnaires territoriaux sont extrêmement variées, plus de deux cinquante métiers ayant été répertoriés dans le guide édité par le CNFPT.

Statutairement, les emplois des fonctionnaires territoriaux se répartissent sur des filières d’emplois (administrative, technique, culturelle, animation), entre des catégories A qui représentent les cadres supérieurs, B les cadres intermédiaires et C les agents exécutants, et nommés sur des cadres d’emplois tels que Attaché, Ingénieur, rédacteur, bibliothécaire, contrôleurs de travaux, adjoints administratifs… Ces nominations sont faites en général à la suite d’un concours ou d’un examen professionnel organisés tous les ans par le CDG (Centre Départemental de Gestion) ou par le CNFPT (pour certains emplois de direction). La réussite au concours permet l’inscription sur une liste d’aptitude mais le lauréat doit trouver lui-même son employeur comme pour un premier emploi, et ceci contrairement à ses collègues de l’Etat par exemple qui bénéficient d’affectations par leur administration.

Se faire recruter dans la fonction publique territoriale en qualité d’agent titulaire, hormis quelques exceptions, demande donc un certain investissement personnel qui exige la préparation et la sélection à un examen constitué d’épreuves généralistes et d’un niveau difficile,  et la démarche de recherche d’emploi et d’entretien de recrutement. C’est ainsi que l’image du fonctionnaire « nanti » et « favorisé » devrait plutôt faire place au mérite d’avoir accéder à un emploi public malgré tous ces obstacles. Il ne faut pas nier pour autant des facilités d’accès grâce à des connaissances, comme dans le privé par ailleurs, mais cela ne dispense pas pour autant le candidat à se frotter aux étapes des concours s’il veut évoluer dans sa carrière.

Une carrière de fonctionnaire peut être linéaire si l’agent ne passe aucun concours, il disposera dans ce cas d’une évolution par ancienneté en montant régulièrement d’échelon et peut-être de promotion sur des grades supérieurs. La carrière peut être beaucoup plus évolutive si l’agent s’inscrit dans le processus des examens et verra se modifier régulièrement ses grades ainsi que ses affectations le plus souvent.

C’est cette deuxième voie que j’ai choisie après une période passée dans le privé et dont j’ai voulu faire part dans cet ouvrage.

Il ne s’agit pas d’une autobiographie mais d’un témoignage sur le déroulement d’une carrière de fonctionnaire territorial sur une trentaine d’année, avec tous les aléas liés à la mobilité et aux personnalités des personnes croisées.

Chaque fonctionnaire territorial a un parcours personnalisé, mais des points communs peuvent se retrouver comme par exemple le déroulement  des concours, les avancements dans les cadres d’emploi… mais aussi, et surtout les relations de travail rencontrées dans la fonction publique.

Cet ouvrage peut être utile également aux personnes non initiés à la fonction publique territoriale afin d’éviter les pièges tendus dans les systèmes relationnels complexes de la fonction publique territoriale.

Il m’arrive de regretter l’époque de la « communale » où les relations me semblaient plus fraternelles aux dires des anciens. Il faut reconnaître toutefois que si aujourd’hui l’image des fonctionnaires territoriaux dans le grand public a fortement progressée le climat social interne s’est détérioré au diapason du mouvement de la société vers un plus grand individualisme.

Les principaux détracteurs de la fonction publique territoriale me semblent être à l’intérieur aujourd’hui. Ils sont  contractuels ou élus qui prônent l’abandon pur et simple du statut du fonctionnaire en faveur d’une liberté de recrutement comme pour une entreprise privée à l’instar de phénomène actuel qui privilège de plus en plus des postes politiques et donc éphémères sur les principaux postes de direction. Cela est parfaitement illégal au regard du statut qui prévoit la priorité aux fonctionnaires et du nombre de lauréats aux concours qui ne trouvent pas d’affectation, mais des dérogations existent et sont utilisées aujourd’hui comme un contournement flagrant du système.

Approuver cette dérive écarterait le fondement même de la fonction publique qui repose sur la légitimité démocratique d’exercer les fonctions grâce au système de sélection par concours. Ce serait oublier la force de la neutralité des fonctionnaires au regard des alternances politiques très fortes dans notre pays. Ce serait oublier que le socle républicain repose sur l’une des fonctions publiques la plus efficace du monde et qui permet à chaque citoyen de bénéficier de services de qualité de plus en plus reconnue.

Etre fonctionnaire aujourd’hui, est-ce encore motivant ?

Comment devient-on fonctionnaire ?

Comment se déroule concrètement une carrière ?

Tels sont les réponses qui tentent d’apporter cet ouvrage.

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents